Arrêter de fumer grâce à une application, est-ce vraiment utile?

afder.com

afder.com

Arrêter de fumer grâce à une application, c’est aujourd’hui possible. Mais est-ce vraiment utile et comment choisir celle qui nous convient ? Eléments de réponses et démonstrations en vidéo.

Fumer tue, fumer provoque le cancer… Les messages sanitaires délivrés par les campagnes de sensibilisation sur les effets nocifs du tabac sont en général bien connus et compris des fumeurs. Le plus compliqué, c’est le plus souvent de trouver la motivation. Vous savez, ce petit déclic qui va motiver l’arrêt et surtout qui fera que l’on ne craquera pas ! Le développement des applications pourrait présenter une aide intéressante en termes de coaching auprès des fumeurs. Des outils statistiques pour visualiser le temps écoulé ou la somme d’argent économisée depuis la dernière cigarette, des jeux à étapes où l’on valide les progrès réalisés sur le plan de la santé ou encore des conseils pratiques de vrais médecins pour résister à l’envie soudaine de fumer… Telles sont les possibilités offertes par ces nouveaux coach virtuels.

Et c’est un succès : l’application “J”arrête de fumer avec Michel Cymes”, lancée en juin dernier avait dépassé les 50 000 téléchargements en septembre. Marie-Hélène, qui a testé l’application Kwit, raconte : “l’application est simple à utiliser, les objectifs à atteindre sont clairs et les conseils efficaces. Personnellement, de voir le nombre de cigarettes non fumées me motive beaucoup et me calme. Actuellement je n’ai pas repris, j’en suis à 3 000 cigarettes non fumées en moins de 8 mois”. Selon une étude récente*, 40 % des fumeurs désireux d’arrêter ou de réduire leur consommation de tabac et possédant un Smartphone jugent utile de recevoir des informations personnalisées grâce à une application.

Le docteur Nadia Lahlou, tabacologue au groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, précise que “mettre tous les jours l’argent de côté dans une boîte ou le visualiser via une application Smartphone permet de concrétiser les économies réalisées en ne fumant plus ou en réduisant sa consommation. C’est une bonne raison, de plus, d’arrêter de fumer.” Un bémol quand même. Si ce genre d’astuce est efficace pour augmenter la motivation des fumeurs, pas sûr qu’elle suffise pour ceux qui ont une forte dépendance à la nicotine. “Pour les fumeurs dépendants, le recours aux substituts nicotiniques est alors très souvent indiqué”, modère la tabacologue.

COMPARATIF – Il n’y a pas que l’iPhone dans la vie. Sur Android aussi, les fumeurs peuvent trouver de quoi arrêter. 20 Minutes a sélectionné cinq applis qui valent le téléchargement.

La plus connectée : Quit Smoking, Cessation Nation.

Les addictologues sont d’accord : pour se motiver à arrêter de fumer, l’entourage joue un rôle très important. Cette appli vous propose de vous appuyer sur la « Cessation Nation », une communauté de fumeurs abstinents, qui se motivent les uns les autres. L’appli étant américaine, la plupart des utilisateurs le sont aussi. Nécessité, donc, de parler anglais.

La plus bling bling : Get Rich or Die Smoking.

César d’honneur du meilleur nom. Cette petite application allemande très rigolote se concentre sur les questions de sous. Un voyage en Corse, une paire de chaussure, un nouveau smartphone… Les utilisateurs de Get Rich postent ce qu’ils comptent se payer avec les deniers économisés depuis qu’ils ont finalement mis fin à leurs dépenses quotidiennes tabagiques. On est plutôt dans l’appli gadget mais au moins on peut rigoler des idées loufoques de certains ex-accros. Gratuit.

La plus connue : Quit Now.

Cette application utilise tous les leviers inventés par les développeurs d’applis anti tabac. D’abord l’outil statistique : le temps écoulé depuis votre dernière cigarette, l’argent que vous avez économisé… Les bons élèves seront ravis de découvrir les progrès réalisés par leurs corps en page santé. Les autres puiseront leur motivation dans les images un peu trash de gencives déchaussées ou de patients intubés… Petit bémol : si le site est traduit en français, sur la partie sociale du site, on s’exprime en anglais, il faudra manier la langue d’Humphrey Bogart, le plus connu de tous les fumeurs. Gratuit.

La plus française : Kwit.

Parmi les centaines d’applications sur le marché, la très grande majorité n’est accessible qu’en anglais. Certaines sont traduites à la va-vite par des logiciels bas de gamme. Kwit, comme son nom ne l’indique pas, est une appli « Made in France ». Trêve de chauvinisme, l’intérêt est bien réel pour ceux qui ne s’expriment, eux, que dans la langue de Serge Gainsbourg… L’appli mise sur le jeu pour parvenir à ses fins. Etape après étape, on valide des niveaux sanctionnant les progrès réalisés sur le plan de la santé, du bien être, des finances, jusqu’à obtenir le grade tant attendu de Kwitter Ultime. Fumeurs gamers, cette appli est faite pour vous. Bon courage. Prix : 0,99 euro.

La plus sérieuse : Ex Smokers.

La Commission européenne a lancé son propre coach virtuel à l’attention des millions de fumeurs européens. Le programme, qui marie tests et conseils pratiques rédigés par des experts, se veut positif : on insiste sur le bien-être de ceux qui arrêtent plutôt que sur les risques que courent ceux qui continuent. Le tout accessible dans les 23 langues de l’Union.  La Commission a eu beau nouer un partenariat avec le Barça pour séduire le jeune public, son appli manque parfois de fun. Quant aux infos push reçues, elles sont parfois un peu envahissantes. Gratuit.

Renaud Ceccotti-Ricci

Et pour ceux qui utilisent l’iPhone, c’est ici

Source

  • About post
posted on 18 novembre 2013
in News
tagged , , , , , , ,
2014 - 2016 © AFDER - Association Française des Dépendants en Rétablissement