Les tendances de consommer des drogues sont plus élevées quand arrive la période des Fêtes.

En Europe comme dans le monde, les fêtes sont des périodes à haut risque pour les dépendants actifs. C’est le moment pour nous de rappeler que l’Association Française des Dépendants en Rétablissement (l’AFDER) a pour vocation d’être le trait-d’union entre l’addiction active et le rétablissement.  Avec les Fêtes qui arrivent à grands pas, ceux qui sont aux prises avec des problèmes de drogues seront davantage tentés de consommer une fois cette période terminée. Comme l’a mentionné la directrice générale à l’Unité Domrémy de Plessisville, une personne habituée de consommer continuera de consommer, et ce, peu importe le moment de l’année.

Or, les risques augmentent durant le temps des Fêtes. «Les tendances sont plus élevées quand arrive la période des Fêtes. Ils se réunissent et après ils ont des downs. Il y a énormément de personnes qui viennent nous demander de l’aide», a constaté celle qui occupe ce poste depuis 2000.
Du 20 au 26 novembre, c’est la Semaine nationale de sensibilisation aux toxicomanies sous le thème Une habitude ça se change.

D’après Mme Comtois, l’alcool est encore la substance causant la plus grande dépendance à Plessisville. Les drogues de synthèse  (speed, ecstasy, crystal meth) sont des drogues qui ont gagné en popularité au cours des dernières années auprès des jeunes puisqu’elles ne sont pas très dispendieuses.

Dimanche (20 novembre), l’Unité Domrémy tenait son brunch au Motel Le Phare de Plessisville qui lançait la Semaine nationale de sensibilisation aux toxicomanies.

Pour l’occasion, certains candidats aux élections partielles du 5 décembre étaient sur place ; Jacques Daigle (Parti québécois), Éric Lefebvre (Coalition avenir Québec) et Luc Dastous (Parti libéral).

Source

  • About post
2014 - 2016 © AFDER - Association Française des Dépendants en Rétablissement