Addiction : 7 antidépresseurs à éviter selon la revue médicale Prescrire

La revue Prescrire a actualisé, dans son numéro de février 2017, sa liste « des médicaments à écarter des soins et à remplacer par de meilleures options car leur balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes leurs utilisations ». Sept antidépresseurs figurent dans cette liste de 91 médicaments jugés plus dangereux qu’utiles. Ils exposent plus que les autres à des risques graves sans avoir une meilleure efficacité, estime la revue.

 Ces antidépresseurs sont les suivants :
  • « L’agomélatine (Valdoxan), d’efficacité non démontrée au delà de l’effet placebo, expose à des hépatites et des pancréatites, des suicides et des agressions, des atteintes cutanées graves (dont des syndromes de Stevens-Johnson). » (L’antidépresseur Valdoxan devrait être retiré du marché, estime Prescrire.)
  • « La duloxétine (Cymbalta ou autre), un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, expose aux effets indésirables des antidépresseurs inhibiteurs dits sélectifs de la recapture de la sérotonine (IRS), et en plus à des troubles cardiaques liés à son activité noradrénergique, dont des hypertensions artérielles, des tachycardies, des troubles du rythme cardiaque.La duloxétine expose aussi à des hépatites et des hypersensibilités avec des atteintes cutanées graves (dont des syndromes de Stevens-Johnson). »
  • Le citalopram (Seropram, Celexa…) et l’escitalopram (Seroplex, Lepraxo, Cipralex…), « des antidépresseurs IRS, exposent à un surcroît d’allongements de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme et de torsades de pointes par rapport à d’autres antidépresseurs IRS. » (Citalopram et escitalopram : préférer d’autres antidépresseurs de la même classe, conseille Prescrire.)
  • « Le milnacipran (Ixel ou autre) et la venlafaxine (Effexor LP ou autre), des antidépresseurs non imipraminiques, non IRS, non inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), qui ont une activité sérotoninergique et une activité noradrénergique.Ils exposent aux effets indésirables des antidépresseurs IRS, et en plus à des troubles cardiaques liés à leur activité noradrénergique, dont des hypertensions artérielles, des tachycardies, des troubles du rythme cardiaque, et des allongements de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme et, pour la venlafaxine, avec un risque élevé d’arrêts cardiaques en cas de surdose. » (L’antidépresseur venlafaxine (Effexor) est à écarter en raison d’effets cardiovasculaires selon Prescrire.)
  • « La tianeptine (Stablon ou autre), d’efficacité non démontrée, expose à des hépatites, des atteintes cutanées graves parfois mortelles dont des éruptions bulleuses, et des toxicomanies. »

Les antidépresseurs «  ont en général une efficacité modeste, souvent d’apparition lente  », mentionne la revue.

Source Psychomédia

  • About post
2014 - 2016 © AFDER - Association Française des Dépendants en Rétablissement