De l’ecstasy contenant de fortes doses de (PMMA) ont été signalés en Europe 

 Des comprimés « d’ecstasy » en circulation en Europe contenant de fortes doses de paraméthoxyméthamphétamine (PMMA) ont été signalés récemment par le système de veille belge Eurotox (1) et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT). Plusieurs décès avec présence de PMMA ont eu lieu ces derniers mois au Royaume-Uni et en Belgique. Les comprimés identifiés ont une forme de pentagramme avec comme logo le « S » de Superman, mais d’autres formes de comprimés peuvent aussi en contenir.

La PMMA est une drogue relativement méconnue des usagers, notamment parce qu’elle est le plus souvent vendue sous le nom « d’ecstasy » et que les consommateurs s’attendent donc à prendre de la MDMA. La PMMA est d’ailleurs souvent mélangée à de la MDMA ou de la paraméthoxyamphétamine (PMA) (2).

Plusieurs facteurs rendent cette drogue dangereuse :

Les doses létales (mortelles) peuvent être facilement atteintes ;
Les effets perçus de la PMMA sont différents que ceux attendus lorsqu’on prend de « l’ecstasy » (MDMA) alors que des effets « périphériques » (cardiovasculaires et musculaires notamment) se manifestent. Cela peut inciter les usagers à prendre plusieurs comprimés dans l’espoir d’obtenir les effets escomptés ;
L’existence, comme le signalent ces alertes sanitaires, de comprimés fortement dosés en PMMA.
Reconnaître et prévenir le surdosage

Le surdosage de PMMA se caractérise par une augmentation importante de la température corporelle, par des troubles du rythme cardiaque, une hypertension artérielle, des contractions musculaires, des nausées et des vomissements (3). L’usager en surdosage peut perdre conscience et faire des convulsions, tomber dans le coma et mourir d’une détresse respiratoire ou d’un arrêt cardiaque.

Quelques conseils permettent de réduire les risques liés à l’utilisation de cette substance :

En présence d’une pilule inconnue ou vendue par un revendeur inconnu, testez avec prudence ce comprimé : consommez-en une partie seulement et attendez d’en ressentir les effets. N’augmentez pas les doses à l’aveugle !
Ne consommez pas plusieurs pilules d’affilée ou dans un laps de temps trop court.
Ne consommez pas seul mais accompagné de personnes sur qui vous pouvez compter en cas de problème.
Buvez régulièrement de l’eau pour vous réhydrater et rafraîchissez-vous.
N’hésitez pas à appeler à l’aide et notamment les secours (112) en cas de problème.
Ne consommez pas si vous savez que vous avez un problème de santé ou si vous suivez un traitement contre la dépression.

  • About post
2014 - 2016 © AFDER - Association Française des Dépendants en Rétablissement