Addiction: Se rétablir sans limite

Ceci est l’histoire d’un dépendant colombien qui, malgré ses difficultés d’audition et son incapacité à parler (sourd-muet), a réussi à trouver le moyen de rester en rétablissement grâce au service. Raúl est arrivé à sa première réunion accompagné par un membre de sa famille. Il était dans un état de délabrement physique avancé, il ne portait pas de chaussure, il sentait mauvais et en plus, il était sourd et muet. Les membres du groupe « Enseñame a Vivir » (apprends-moi comment vivre) de la ville de Medellín, en Colombie, l’ont accueilli malgré son état. Nous l’avons encouragé à revenir. Lors de ses premières réunions, Raúl a été amené par ses proches.

Malgré son incapacité à entendre notre message de rétablissement et à partager lui-même, il a continué à venir en réunion. Et puis, à notre surprise, il a commencé à venir seul. La date d’arrêt de la consommation de Raúl est imprécise ; c’était un jour de décembre, et en Colombie pendant les fêtes, les gens font la fête et utilisent de nombreux produits, mais ce changement s’est répercuté sur son état de propreté et sur sa participation régulière aux réunions.

À cette époque, le groupe traversait des difficultés au niveau du service et le nombre de participants en réunion avait baissé mais du jour où il est arrivé, Raúl n’a jamais manqué une réunion de son groupe d’appartenance. Pendant ce temps, Raúl et son ami Juan Carlos ont été des serviteurs de confiance fidèles du groupe.

Juan a commencé à avoir des difficultés à ouvrir la réunion tous les jours parce qu’il avait beaucoup de responsabilités.

Il était difficile de conserver ouverte une réunion à laquelle bien souvent seules deux personnes participaient mais en voyant la persévérance et l’engagement de Raúl — ce dépendant qui ne pouvait pas comprendre ni partager ses pensées — Juan a pensé à lui confier les clés de la salle quand Raúl a eu environ huit mois d’abstinence.

Juan s’est assis avec Raúl et lui a expliqué en langue des signes les responsabilités du secrétaire d’un groupe. Raúl a volontiers appris. À partir de ce moment là, Raúl a ouvert les portes de la salle les mardis et les vendredis chaque semaine. Il arrivait deux heures à l’avance, balayait et passait la serpillière, installait les chaises et préparait toujours le café avant que les membres arrivent en réunion.

Raúl était à la porte et il accueillait chaque personne par un gros hug. Pendant la réunion, Raúl servait le café jusqu’à ce que chacun ait une tasse et il faisait circuler un sac pour la septième tradition. Une chose inoubliable sur le service de Raúl en tant que secrétaire du groupe était que lorsqu’un nouveau était là, il était chargé de lui remettre son porte-clés de bienvenue et des dépliants d’information — avec un grand sourire et un gros hug.

Le rétablissement existe et c’est beau…

  • About post
2014 - 2016 © AFDER - Association Française des Dépendants en Rétablissement