Banlieues : les oubliés de l’héroïne

Le premier à tomber fut Nasser, en 1984. Ses proches ont commencé à le voir revenir les yeux rouges, transpirant. Il était tombé dans la « blanche », l’héroïne. C’était aux lendemains de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, dont on fête le trentième anniversaire. Comme nombre de jeunes de sa génération, il est persuadé que « les pouvoirs publics n’ont rien fait »face au fléau de l’héroïne, puis à celui du sida, qui a frappé les cités.

Partagez sur vos Réseaux :